Edgar & Annabel

titre_institout4

De Samantha Holcroft

Création  2017-2018 

titre résumé

Edgar et Annabel forment un couple exemplaire. Très unis, ils aiment se retrouver autour d’un repas bio préparé avec amour, partager une bonne bouteille de vin et inviter des amis pour un karaoké dans le salon.

Et surtout, Edgar et Annabel sont de fervents partisans du gouvernement.Mais alors pourquoi Edgar complimente-t-il Annabel sur la cuisson de son saumon quand celle-ci vient de poser un poulet rôti sur la table ?

Lorsque son mari renverse par mégarde du vin sur les papiers qu’Annabel tient à la main, pourquoi cette dernière, à la fois furieuse et terrifiée, l’appelle-t-elle Nick ?

Pourquoi, lorsque leurs invités se déchaînent au karaoké, Edgar et Annabel en profitent-ils pour fabriquer une bombe ?

Enfin, et surtout, pourquoi toutes leurs conversations sont-elles soigneusement écrites dans un texte qu’ils lisent au fur et à mesure et tentent de suivre à la lettre ?

C’est parce qu’Edgar et Annabel n’existent pas.

Edgar et Annabel sont en réalité Nick et Marianne, des espions faisant partie d’une organisation secrète qui s’oppose au régime totalitaire en place. Pour ne pas se faire repérer, toutes leurs conversations sont pré-écrites par Miller, un des chefs de cette organisation. En effet, le régime en place enregistre grâce à des micros toutes les conversations dans les foyers et les fait analyser par ordinateur pour débusquer les opposants. Nick et Marianne doivent donc impérativement suivre leurs textes pour ne pas se faire repérer par les autorités.

Edgar & Annabel n’a jamais été créee en France, elle a été traduite par Sophie Magnaud, avec le soutien de la la maison Antoine Vitez. La pièce n’est pas éditée.

 

titre note d'intention

Lorsque Samantha Holcroft écrit Edgar & Annabel en 2011, elle ne s’attend certainement pas à ce que cette fiction nous rattrape.

Je veux faire de cette pièce un spectacle immersif, où acteur et spectateur sont plongés entièrement dans un même contexte, une société surveillée, contrôlée, privée de liberté où tout est vu, tout est entendu. Mis en place par des procédés techniques et scénographiques, chacun est surveillé et surveillant. De là s’installera une forme de paranoïa de laquelle on ne peut fuir que par la fiction. Jouer un personnage pour répondre aux attentes d’une société contrôlée et ne pas attirer l’attention ou éveiller des soupçons.

Le faux devient alors une réalité à laquelle il est difficile d’échapper. Comme si on ne pouvait plus dissocier le masque des vrais visages.

Dans Edgar & Annabel on aborde le vrai, le faux, la révolte, la résistance, la surveillance généralisée, la trahison, la norme, la folie, la violence.

Il ne s’agit donc pas ici de chercher des réponses, ou de prendre un parti puisque chaque théorie, chaque vérité posée se brise au bout de quelques mots, mais bien de proposer une réflexion collective, une expérience commune, à travers autant de thèmes qui ébranlent notre humanité, et la société dans laquelle nous évoluons.

Je veux mettre en scène à travers cette comédie dans un contexte sous tension, cette urgence, cette résistance en nous interrogeant sur comment se révolter contre tout ce qui s’est mis en place pour nous empêcher de nous révolter, lorsque nous sommes privés de libertés, surveillés et contrôlés.

C’est le réel qui m’intéresse à travers ce qu’il a de plus faux, et la fiction à travers ce qu’elle a de plus vrai. Je souhaite que ni le spectateur, ni les personnages ne sachent où ils en sont dans leurs révoltes. Ma mise en scène se finit par le spectateur, elle s’inscrit dans un creux, entre ce qui vu, ce qui est entendu et ce qui est, chaque spectateur aura sa propre interprétation du spectacle.

Benoit Peillon, metteur en scène.